Quels réseaux sociaux utiliser quand on lance son site ?

Pour vous ou un client, vous tenez un site ou un blog et vous souhaitez développer sa notoriété via les réseaux sociaux. Petit hic, si vous connaissez la cible de vos publications, vous savez moins où la trouvez sur les réseaux sociaux. Je vais vous montrer sur quels réseaux sociaux j’ai choisi d’être présente pour mon blog mel-ecrit.com et pourquoi.

Identifier ses cibles

Le but premier du blog est surtout pour moi de travailler mon écriture, je ne cherche donc pas la reconnaissance, mais je souhaite que mon réseau sache qu’il existe.

Le blog contient deux types de contenu ; les articles sur la communication ou les relations presse, comme celui-ci ; et des articles sur les livres que je lis, les jeux auxquels je joue (à venir). Un contenu professionnel et un contenu un peu plus personnel donc.

J’ai ainsi deux cibles identifiées ; une professionnelle, qui s’intéresse à la communication les relations presse, les réseaux sociaux, dans le cadre de son travail ou d’un projet personnel, comme c’est mon cas. La deuxième cible est constituée de lecteurs, de gens qui cherchent des avis sur des livres. Deux cibles bien distinctes, qui je pense ne se mélangent pas, ou alors très peu.

En partant de ce constat, j’ai identifié trois réseaux sociaux indispensables pour mel-ecrit.com, ainsi qu’un quatrième pour le tester : Twitter, Linkedin, Instagram et Google +.

Connaitre la population des réseaux sociaux

Trouver des chiffres sur les réseaux sociaux peut s’avérer un vrai casse-tête. Entre les multiples études menées par des agences, des médias ou des instituts, les sites et les blogueurs qui les relaient, on peut obtenir des chiffres différents. Le Blog du Modérateur a par exemple récemment publié un article détaillé sur les chiffres 2017 des réseaux sociaux en réunissant plusieurs études sur les réseaux sociaux.

Médiamétrie a également publié ses chiffres 2016 sur Internet en février dernier.

Twitter

Twitter compte environ 328 millions d’utilisateurs dans le monde et 21,8 millions en France. Les utilisateurs sont plutôt jeunes : 33% ont entre 16 et 24 ans et 26 % ont entre 25 et 34 ans. Ce sont majoritairement des hommes, à 55%. Neuf millions de TPE et PME ont un compte (source : Blog du Modérateur).

On y trouve des journalistes, des médias, des communicants, des influenceurs, autant de personnes qui pourraient être intéressées par mon contenu. J’y publie donc chaque article que j’écris. Possédant déjà un compte Twitter professionnel, j’ai décidé de publier mes articles via ce profil plutôt que de créer un profil spécifique mel-ecrit.com. C’est plus simple à gérer et je souhaite que mon blog et son contenu soient associés à mon profil professionnel.

Il est possible de créer des « événements » sur Twitter grâce aux hashtags. Certains sont permanent comme #TBT (Throwback Thursday = souvenir du jeudi, où l’on revient sur un événement connu). Cela peut aussi partir de tout et n’importe quoi, une phrase dite par un politique ou une célébrité par exemple. Ainsi après que Jean-François Copé ait estimé le coût d’un pain au chocolat à 10 centimes en octobre 2016, il est devenu la risée de Twitter avec le hashtag « Calcule comme Copé ».
Il est très intéressant d’utiliser ces hashtags pour maximiser ses vues.

Par exemple, pour mes articles sur les lectures, il existe des hashtags spécifiques : #mardiconseil, #mercrediBD et #vendredilecture (rattachés à des profils existants) spécialement dédiés aux livres. Les twittos indiquent leur coup de cœur lecture ou ce qu’ils lisent en ce moment. Quand je publie un article sur un livre, j’attends donc un de ces jours pour le publier avec le hashtag adéquat pour toucher plus de gens.

J’ai constaté que les articles orientés communications et RP ont plus d’impact que les articles lectures. L’article sur les agrégateurs de contenus m’a même valu une réponse directe de Talkwalkers :). J’ajoute toujours une photo à ma publication, même s’il s’agit d’un screen car les tweets avec photo sont deux fois plus partagés.

twitter analytics

On voit que mon post sur les outils de veille a fait plus d’impressions (nombre de personnes qui ont vu mon tweet) que ceux sur mes lectures. Il a aussi suscité 4 engagements (interactions avec le tweet : clic, like ou retweet) soit un taux d’engagement de 2,5 % (nombre d’engagements divisé par le total d’impressions)

Plus d’infos sur Twitter : Audience Internet en mai 2017 de Médiamétrie

Instagram

Instagram est composé de 700 millions d’utilisateurs actifs par mois, dont 11,8 millions en France. Il s’agit de femmes à 62%. Les millenials (nés au début des années 2000) sont les plus présents puisqu’ils représentent 70% des utilisateurs. Les marques sont suivies par 46% des utilisateurs (source : Digimind)

C’est avant tout une application de partage et de retouche de photos, puis de vidéos, connu les photos de voyages plus incroyables les uns que les autres ou de plats healthy en tout genre qu’on y trouve. Mais y sont aussi présent des artistes, des dessinateurs ainsi que des blogueurs beauté, fitness, mais aussi lecture. Les marques l’ont bien compris et investissent la plateforme pour tisser un lien avec les influenceurs qui n’existerait pas sur Facebook ou Twitter. Elles y publient des photos des produits, organisent des jeux-concours, partagent les posts des influenceurs qui parlent d’elles, teasent des sorties, montrent les coulisses…

Attention, le partage de posts n’est pas possible sur Instagram, il faut pour cela utiliser une application tierce comme Repost For Instagram ou InstaRepost.
Vous pouvez aussi mettre un lien cliquable vers votre site uniquement dans votre bio. Les liens que vous mettrez dans vos posts ne seront pas cliquables

Instagram fonctionne aussi au hasthag. Il n’y pas de limites de caractères comme sur Twitter, c’est donc la foire à tout ce qui vous passe par la tête. En ce qui concerne les livres, on trouve : #bookstagram, #lectures #livres… et tout ce qui peut être associé au genre et au thème de la lecture : #love #youngadult #beach #lamourcestmieuxàdeux (j’exagère un peu mais pas trop).

C’est donc la cible idéale pour mes articles concernant la lecture, j’essaie d’y associer les hashtags les plus pertinents, en taguant les éditeurs, en indiquant les auteurs, mais j’essaie d’éviter l’overdose de hashtags.

J’ai essayé d’y publier mes articles « pros », mais sans trop de succès, la population de Twitter ne vient pas puiser ses sources, ou très peu sur Instagram.

Plus d’infos sur Instagram : l’infographie de Websitebuilder (chiffres essentiellement centrés sur les US mais pas mal d’infos pertinentes)

Linkedin

Linkedin, à l’instar de Viadeo, est un réseau social professionnel de 500 millions d’utilisateurs dont 14 millions en France. 79% ont plus de 34 ans (source : Blog du Modérateur). C’est le carnet d’adresse 2.0 où l’on peut également suivre des influenceurs, des entreprises, rejoindre des groupes liés à son activité et trouver un emploi.

Votre profil Linkedin peut être public ou privé. Vous pouvez y publier des articles qui seront vus par vos contacts et potentiellement relayés par ceux-ci à leurs propres contacts qui pourront remonter jusqu’à vous. C’est donc le réseau idéal pour publier mes articles professionnels et me faire connaitre de potentiels recruteurs ou influenceurs. En revanche, je n’y vois que peu d’intérêt de publier mes articles lectures à moins qu’il s’agisse d’ouvrages professionnels ou d’avoir choisi un angle pertinent, par exemple : « Pourquoi vous devez faire lire l’Art de la guerre de Sun Tzu à vos collaborateurs ».

Capture Linkedin

Google +

Difficile de trouver des chiffres sur ce réseau social, les dernières datant de… 2013. Sur le papier la synergie entre un réseau de gens connectés associé à la puissance du moteur de recherche de contenus aurait pu être intéressante. Mais en fait non. On trouve de tout sur le réseau, de l’actualité, des recettes, des vidéos, cela ressemble plus à un fourre-tout qu’à un réseau social. Comme sur le moteur de recherche Google, on peut taper un thème, un mot-clé ou un nom pour trouver du contenu relatif publié par toute sorte de sources. On peut aussi créer ou rejoindre des communautés.

googleplus

Personnellement je le trouve peu intuitif, on créé des « collections » (des albums) dans lesquels sont publiés nos posts. J’ai donc un album Communication & RP et un album Lectures auxquels peuvent s’abonner les utilisateurs. Mes posts peuvent être likés, commentés et partagés. Pour l’instant c’est peu productif, je n’ai aucune réaction suite à mes posts, mais je continue d’y poster mes articles en me disant que l’excellent référencement de Google peut bénéficier à mon site.

Article intéressant du Journal du net sur Google + datant de 2015 : un blogueur spécialisé a analysé les données du réseau par ses propres moyens pour constater que très peu de gens l’utilisent.

Facebook est-il indispensable ?

Facebook est le réseau social le plus utilisé dans le monde, avec 2 milliards d’inscrits dont 33 millions d’utilisateur actifs par mois en France (source : Le Monde). Mais il n’est pas indispensable d’avoir un compte Facebook lorsqu’on lance un blog. Facebook fonctionne sur la communauté. Or celle-ci étant pour l’instant inexistante autour de mel-ecrit.com, cela n’a que peu d’intérêt d’y être présente. De plus, Facebook ne permet pas de trouver du contenu aussi facilement et intuitivement que sur Twitter et Instagram, c’est donc un peu publier dans le vide.

En revanche, Facebook bénéficie d’un excellent référencement, si vous lancez une marque, cela peut être très pertinent de développer une page Facebook en même temps qu’un site web. Premièrement votre page FB sera mieux référencée que votre site au début. Vous pourrez ainsi rediriger votre page vers votre site. Vous pourrez surtout être en contact direct avec votre communauté, répondre à leurs questions, les informer et créer du lien, développer et contrôler votre image de marque. Sachez également qu’une page sur quatre consultée sur Internet est une page Facebook.

Mais si mel-ecrit.com se développe et qu’une communauté se crée, à l’avenir pourquoi pas. C’est une chose à laquelle il faut toujours penser : si au lancement de votre projet un réseau social n’est pas pertinent, il peut le devenir au fur et à mesure de l’évolution de vos publications. Restez donc ouverts et intéressez-vous à  ce qui se fait sur tous les réseaux sociaux.

Et les autres réseaux sociaux ?

Snapchat : contrairement à ce que l’on peut croire, les plus jeunes ne sont pas sur Facebook mais sur Snapchat ! 71 % des utilisateurs ont moins de 25 ans ! Le réseau de partage de photos et vidéos compte 166 millions d’utilisateurs actifs chaque jour dans le monde dont 8 millions en France (source : le Blog du Modérateur).

On y publie des photos visibles une ou deux fois maximum pendant une durée déterminée (entre 1 et 10 secondes ou en illimité). L’esprit du réseau se veut très fun et ludique, avec les filtres personnalisés qui permettent de modifier les visages et les voix. Il est possible également de rajouter du texte, des images et autres effets en tout genre sur ses snaps.

Les médias d’informations commencent peu à peu à investir le réseau social via un système spécialement dédié pour eux : Discover. Le media peut créer une « story » (comprenez un diaporama de vidéos ou photos) de 24 heures grâce à laquelle ils peuvent diffuser des informations dans un format adapté et original.

Viadeo : le réseau professionnel français fut un temps concurrent de Linkedin, mais il n’a jamais su égaler le réseau américain en termes de services et d’attractivité. Après un placement en redressement judiciaire en novembre 2016 il a été racheté par le groupe Figaro un mois plus tard. Sa particularité est que 45 % des utilisateurs sont des TPE/PME (source : Wikipedia).

Conclusion

Quand je regarde les statistiques de mon blog et regarde d’où proviennent mes visiteurs (les sites depuis lesquels ils accèdent au mien sont appelés référant), je constate que publier sur Twitter est très efficace. Linkedin et Instagram ne s’en sortent pas trop mal et Google + fait ce qu’il peut. Je constate aussi que mes visiteurs viennent de sites où je ne suis pas présente, ce qui est plutôt pas mal je pense. Je ne soupçonnais pas que WordPress ou Facebook m’apporteraient de visiteurs, mais c’est un gros plus.

référants WordPress

Inscrivez-vous ou votre marque sur tous les réseaux sociaux n’est pas nécessairement utile. Le community management est une activité très chronophage, donc il est donc plus pertinent et logique d’être présent sur les réseaux où se trouve votre cible. En même temps que votre projet évolue et que votre communauté grandit, adaptez votre présence sur les réseaux sociaux.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s